Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ATTENTAT RUE DES ROSIERS 1982 -UN GRAND TEMOIN-

André Douard 

portant le drapeau de la section du Gard

de l'Ordre National du Mérite

11 AOUT 1982 ATTENTAT DE LA RUE DES ROSIERS NE PAS OUBLIER

UN GRAND TEMOIN

Qui se souvient par exemple de ce flic de base blessé d’une balle dans le chaos de la fusillade de la rue des Rosiers, chez Goldenberg ?

Ce 11 août 1982, il est 13 h 15 lorsque deux hommes rentrent au restaurant « Chez Jo Goldenberg », situé à l’angle de la rue des Rosiers et de la rue Ferdinand-Duval, au cœur du quartier juif de Paris.

Un homme lance une grenade dans la salle du restaurant où sont attablées plusieurs dizaines de personnes.

L’attentat a fait six morts et vingt-deux blessés.

Un jeune inspecteur du commissariat de police du 4ème arrondissement âgé alors de 30 ans est blessé par une décharge de chevrotines et perd un œil. Il a encore aujourd’hui dans son corps 63 plombs dont un qui a failli le rendre aveugle. Depuis il est invalide à 35%.

Le 9 septembre 2020, 38 ans après les faits, l’un des principaux suspects de l’attentat a été arrêté en Norvège et va être extradé vers la France.

Le journal Le Monde du 15 septembre 2020 fait un retour sur notre collègue, membre de la section AACRMI Gard Hérault Vaucluse.

« Il déjeunait à proximité. Il s’approche, son .357 Magnum à la main. Un homme sort du restaurant et tire une rafale dans sa direction. À ses côtés, un homme et une femme s’écroulent. Le policier riposte, un violent coup à la tête le plaque au sol : le prenant pour l’un des agresseurs, d’une fenêtre, le fils de Goldenberg vient de lui tirer dessus avec un fusil de chasse. André Douard sera gravement blessé — et oublié. »

En savoir plus, cliquez ici

Paris Match

Paris Match

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article